Bénin/Politique :  Joseph Djogbenou et les affaires de la république

Bénin/Politique :

G. Salomon

Segub, coton, Tva, rapports et Cnss et pourtant, il n’y a que le halo des  affaires   qui éblouit depuis 18 mois au Bénin. Il brille si fort, qu’il empêche l’opinion de voir la réalité. Elle n’est pas convaincante, car depuis le début de la mise en œuvre de l’axe 2 du PAG, les résultats sont minces. Inexistants. Aucun gros poisson n’est tombé dans la nasse, la justice reste aphone, et   les affaires s’enchainent, avec des feuilletons aussi scandaleux que déroutants. Où est le garde des sceaux ?

Invisible. Depuis Avril 2017, Joseph Djogbénou marche sur une corde raide. Il passe inaperçu, et traine les affaires de la république.  Pour évoquer sa présence au gouvernement, commente un habitué de la salle du  Conseil,    « il faut malheureusement se rappeler d’une célèbre boutade, qui visiblement nous couvre de malice. La ruse et la rage ».

Seulement, ce second vice  qui à la fin pourra accélérer la justice dasn certains dossiers manque à Joseph Djogbénou. Depuis le traitement brouillon du léger dossier Ségub,   plus rien. Les mercredis de scandales se sont succédés, annoncés des mesures à prendre contre des fonctionnaires, et des poursuites sans que rien ne se passe.  Tout ceci fait même croire que  le compte rendu du conseil des ministres,  ressemble de plus en plus à l’appel fait au cours primaire, pour le contrôle de présence de centaines de noms sans susciter la moindre inquiétude chez ces derniers.  Pourtant le sarcophage immergé des années Yayi pue le vol et la délinquance économique.

Dès lors   dans l’opinion,  le gouvernement passe  pour  cabaret,  dont le spectacle autour de la lutte contre la corruption a cessé depuis de faire rire.  « Ces révélations amusent la galerie et nous détournent de l’essentiel, car les sanctions  ne tombent pas »  s’insurge un jeune leader de mouvement politique proche du pouvoir en place.   Selon nos enquêtes, non seulement les dossiers n’avancent pas, mais certaines personnes citées dans les affaires sont toujours au poste dans certains ministères stratégiques en l’occurrence les finances.

  • Djogbénou et la justice, l’autre problème ?

Depuis 18 mois aucun délinquant économique ne s’est retrouvé derrière les barreaux. Au ministère de la Justice, des fonctionnaires confirment que les journées du Garde sceaux, sont plus rythmées par les humeurs des super fonctionnaires de la justice, que les audiences. 177 rapports d’enquêtes de l’inspection générale des ministères sont désormais entre les mains du garde des sceaux. Cette boite de pandore, devrait faire place à de nouvelles révélations impliquant  des centaines de personnes. En entendant,  de lever le voile sur ces multiples dossiers qui attendent, Joseph Djogbénou doit faire une conférence de presse.

Car, à Cotonou,  l’opinion nationale attend des clarifications. Depuis les agitations de Valentin Djenontin et compagnie dans les dossiers coton, c’est la confusion. Paul Atita Kato lui, a fait une incursion dans l’affaire des TVA de Sébastien Ajavon sans trouver de contradicteur. Joseph Djogbénou doit monter au créneau et faire le point des dossiers en instance,  avant que la brume de l’Affaire Metognon ne nous couvre complètement.

Visitez le site de”Les Pharaons”
Author: {Les Pharaons}

Share this post