Sortie officielle de la 4e promotion des jeunes leaders du Bénin: Agir ensemble avec espoir et engagement

Le ministre du Tourisme, de la Culture et des Sports, Oswald Homêky, a officiellement mis un terme à la formation initiée et financée par Friedrich Ebert Stiftung au profit de trente-cinq jeunes leaders du Bénin. C’était à Cotonou, en présence du représentant résident de ladite fondation, Rudolf Traub, et du premier vice-président de l’Assemblée nationale, Eric Houndété.

« Nous partons outillés et transfigurés… Nous prenons l’engagement chaque jour d’être dans l’effort pour être à la hauteur des attentes de la République », déclare Odilon Koukoubou, porte-parole de la quatrième promotion des Jeunes leaders du Bénin (Jlb 2017). Les 35 bénéficiaires dont 15 femmes ont été formés pendant six mois dans les secteurs essentiels de la République : la politique, le social, le privé et les médias. Les récipiendaires provenant des partis politiques, de la société civile, des syndicats, des entreprises. En observateurs, ils pensent qu’il importe certes de réformer, mais surtout de les mûrir et de les adapter aux aspirations du peuple tout en recherchant le consensus. « Le Code électoral en gestation au Parlement, la réforme du système partisan et l’éternelle réforme constitutionnelle devraient répondre à ces conditions », soutient Odilon Koukoubou.
Sur le plan socio-économique et face au désarroi de la jeunesse, il s’interroge face à l’auto-emploi que prônent les gouvernants sur la pertinence de cette option dans les cadres légal et fiscal qui n’incitent toujours pas à la création de grandes entreprises, capables d’absorber les milliers de chômeurs.
« Espoir et engagement auront donc été depuis quatre ans, les graines semées par la fondation dans le cœur d’une jeunesse qu’elle soupçonne d’avoir la capacité de changer les choses en bien », retient le porte-parole des jeunes leaders.
Le représentant résident de la Fondation Fes, Rudolf Traub, dit être convaincu que ces jeunes ont reçu les éléments nécessaires pour être les meilleurs dans leurs secteurs respectifs. En effet, relève le représentant résident, les capacités, connaissances et compétences des récipiendaires ont été renforcées en histoire socio-politique, sur la situation économique, sur le système éducatif et l’employabilité des jeunes, sur les rapports du citoyen avec l’Etat et sur les enjeux et défis sécuritaires auxquels doit faire face le pays.
« Comment faire pour que nos dirigeants soient des hommes et des femmes aguerris pour le don de soi, le sacrifice ? », c’est à cette question que répond cette formation, selon Eric Houndété, premier vice-président de l’Assemblée nationale. Il fait remarquer que l’opinion publique s’interroge sur la moralité des élus et de nos gouvernants, bref des politiciens. Il a exhorté les 35 récipiendaires à ne pas décevoir les espoirs placés en eux. Le ministre Oswald Homéky abonde dans le même sens, après avoir témoigné sa reconnaissance à Friedrich Ebert Stiftung pour l’initiative de la formation des jeunes leaders. Au-delà de la vision et de la conviction, indique-t-il, le jeune a le devoir de construire son pays, descendre dans l’arène pour apporter ses arguments. « Ce qu’il faut rechercher, c’est l’intérêt général et la pertinence des réformes. Le bénéficiaire a mal aujourd’hui, mais se sentira mieux demain après les réformes », ajoute-t-il.

Visitez Le Site De La Nation
Author: {La Nation}

Share this post